Chef de file d’AGCS Canada sur les leçons apprises en « périodes difficiles »

Alors que les grandes entreprises sont généralement très indépendantes et capables de résoudre leurs propres problèmes, McNulty a déclaré qu’AGCS est toujours prête à travailler avec ses clients et à collaborer sur des solutions, en particulier en ces «temps très difficiles». Il a souligné l’importance du partenariat, non seulement dans le transfert des risques financiers, mais aussi pour aider les entreprises à prospérer en des temps sans précédent.

« Nous avons une équipe complète d’ingénieurs au Canada – c’est une grande partie de notre proposition – et nous sommes toujours prêts à collaborer avec les clients et à les aider s’ils ont un défi de chaîne d’approvisionnement, une pénurie de capacité ou tout autre problème », McNulty a déclaré à Insurance Business. « Par exemple, certains de nos clients industriels ont connu des difficultés en raison de l’éloignement social pendant la pandémie, ce qui signifie qu’ils ne pouvaient pas produire aussi rapidement qu’avant. Un de nos clients a ouvert une usine secondaire pour s’assurer que ses employés pouvaient maintenir leurs distances et fonctionner en toute sécurité. Cela a créé des défis immédiats autour de la robotique et des machines pour cette usine supplémentaire, mais nous les avons aidés à trouver ces matériaux. Cela a également eu des implications en matière d’assurance, mais nous nous sommes associés à eux et, ensemble, nous avons résolu leur problème.

Lire ensuite : Simplifier l’expérience de l’assurance construction

L’un des secteurs prioritaires d’AGCS au Canada est la construction, en particulier les grands projets – des choses comme les ponts, les tunnels, les infrastructures essentielles, les égouts et les usines de traitement des eaux – de plus de 100 millions de dollars. McNulty a décrit cela comme le «sweet spot» de l’assureur et a déclaré «nous nous en sortons très, très bien» – mais même les grands projets de construction ont été touchés par des défis macro-sociaux et économiques, comme la pandémie et la crise de la chaîne d’approvisionnement.

« Les exigences de distanciation sociale pendant la pandémie ont ralenti les grands projets de construction, il était donc très courant que les clients reviennent vers nous à la recherche d’une extension sur [their coverage to meet their new] dates d’achèvement du projet », a déclaré McNulty à Insurance Business lors de la conférence RIMS Canada à Halifax. « Nous avons rapidement prolongé ceux-ci, et nous étions heureux de le faire. Encore une fois, tout est une question de partenariat.

Voir aussi :  Fortnite est-il en panne aujourd'hui ? Les développeurs répondent au code d'erreur ESP-Buimet-003 (10 mai)

Aujourd’hui, les clients de la construction sont fortement touchés par les retards de la chaîne d’approvisionnement et l’inflation du coût des matériaux. McNulty a déclaré qu’AGCS partagera toutes les informations dont elle dispose sur la manière de s’approvisionner en matériaux ou d’obtenir de meilleurs prix. Il a dit que cela se faisait « en parallèle » et en collaboration avec les courtiers d’assurance, qu’il a décrits comme « nos yeux et nos oreilles » sur le marché.

« Il y a tellement de dépenses gouvernementales en ce moment – ​​et prévues pour les cinq prochaines années – que tout projet d’infrastructure publique est relativement bien protégé contre l’inflation et les hausses de taux d’intérêt. Mais le secteur privé de la construction sera plus durement touché car les coûts de financement des projets augmentent », a déclaré McNulty. « Parfois, nous établissons un devis pour un projet, mais il y a du retard sur le projet parce qu’il s’est passé quelque chose avec le financement, et il se peut qu’il n’aille pas de l’avant, alors les clients demandent : « Pouvez-vous mettre ce devis en attente pendant une période de temps? Nous devons faire du travail pour remettre ce projet en marche. Nous devons être patients et travailler ensemble pour trouver une solution.

Lire la suite: Faire face aux incertitudes croissantes du secteur de la construction

Comme toutes les compagnies d’assurance, AGCS n’est pas à l’abri des défis auxquels ses clients sont confrontés. Pendant la pandémie, par exemple, la majorité des ingénieurs d’AGCS ont été cloués au sol en raison de restrictions de voyage, et ils ont donc dû se tourner vers un « travail d’examen documentaire », s’appuyant fortement sur les yeux et les oreilles des clients qui étaient sur place et fournissant des informations. comment leurs usines de fabrication ou leurs projets de construction fonctionnaient, utilisaient des mesures de protection, etc.

Voir aussi :  Hockey Canada a retenu les services de Crawford & Company, cabinet d'avocats pour une ligne d'assistance en cas d'inconduite

Le processus d’examen documentaire a été un succès parce qu’AGCS a pu « exploiter [its] relation avec les courtiers et les clients » pour accéder aux informations pertinentes, mais McNulty a admis qu’il y avait des situations où avoir un ingénieur physiquement sur place aurait été plus avantageux.

«Nous avons eu quelques situations où nous aurions inspecté une usine de fabrication, par exemple, et vu un risque ou une exposition et pris des mesures à ce sujet. Nous aurions fait des recommandations et travaillé avec le client pour réparer quelque chose », a-t-il déclaré. « Nous avons subi une défaite à laquelle nous ne nous attendions pas. Notre équipe a fait de son mieux, mais rien de tel que d’être sur place. Nous aurions pu éviter une réclamation de 50 millions de dollars. Nous avons donc beaucoup réfléchi après cela à ce que nous aurions pu faire différemment et si (d’une manière ou d’une autre) nous aurions pu identifier cette exposition avant la perte.

Chaque entreprise a tiré des leçons de l’ère COVID – et dans ce paysage de risques plutôt unique dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. À la réflexion, McNulty a déclaré : « Nous avons un niveau de ressources énorme et un talent mondial formidable chez AGCS, donc notre capacité et la fréquence avec laquelle nous puisons dans ces ressources sont maintenant si lisses – nous le faisons automatiquement. Avant la pandémie, nous n’avions pas la même fréquence de contact, nous n’avions pas tous ces appels virtuels et nous ne rencontrions pas nos collègues de cette façon dans d’autres parties du monde. Nous avons vraiment amélioré la façon dont nous tirons parti de notre empreinte mondiale au profit de notre entreprise et de nos clients.

https://www.insurancebusinessmag.com/ca/news/commercial-liability/agcs-canada-leader-on-lessons-learned-in-challenging-times-421366.aspx

Laisser un commentaire