Des recrues recherchées pour la recherche sur le tout premier traitement du «syndrome du cœur brisé» | Nouvelles du Royaume-Uni

Les scientifiques espèrent recruter près de 100 Écossais pour un essai du tout premier traitement pour une maladie connue sous le nom de syndrome du cœur brisé.

Des chercheurs de l’Université d’Aberdeen travaillent sur la façon d’aider les personnes atteintes de cardiomyopathie takotsubo – une maladie qui affecte environ 5 000 personnes à travers le Royaume-Uni chaque année.

La cardiomyopathie de Takotsubo est l’endroit où le muscle cardiaque est soudainement affaibli, généralement en raison d’un stress émotionnel ou physique sévère.

Au moins 7% de toutes les crises cardiaques sont attribuées à la condition.

Les scientifiques mettront à l’essai un programme d’exercices et de thérapies psychologiques pour les personnes touchées.

Le travail a été décrit comme « un pas énorme vers le développement d’un traitement standardisé » et se déroule grâce à une subvention de 300 000 £ de la British Heart Foundation.

Le nouvel essai vise à recruter 90 personnes de toute l’Écosse, les participants s’étant inscrits dans les trois semaines suivant un épisode.

Ils recevront ensuite soit un programme de conditionnement physique personnalisé, soit un régime de thérapie cognitivo-comportementale (TCC), soit feront partie du groupe témoin.

Lire la suite:
Le cancer disparaît chez tous les patients au cours d’un essai de traitement expérimental
Changements cérébraux liés à l’émotion chez les patients atteints de la maladie de Takotsubo

Le Dr David Gamble, de l’Université d’Aberdeen, a déclaré que la cardiomyopathie takotsubo « reste une maladie relativement mal comprise ».

« Il est essentiel que nous développions une base de preuves de haute qualité pour guider les cliniciens dans la gestion de cette maladie », a-t-il ajouté.

Voir aussi :  Le Royaume-Uni pourrait-il remporter la nouvelle course à l'espace d'ici la fin de cette année ? | Actualités scientifiques et techniques

Le professeur Dana Dawson, également de l’université, a déclaré: « Nous savons déjà que les maladies cardiovasculaires affectent les hommes et les femmes de différentes manières, il n’y a donc aucune raison pour qu’un traitement unique fonctionne pour le syndrome du cœur brisé.

« Après avoir passé tant de temps à rechercher cette maladie, c’est formidable de faire ce grand pas vers le développement d’un traitement standardisé et nous sommes impatients de voir les résultats en temps voulu. »

La recherche devrait durer les trois prochaines années.

L’université a déjà ouvert la voie à la recherche sur la maladie, qui n’a été reconnue qu’à la fin des années 1990.

https://news.sky.com/story/recruits-wanted-for-research-into-first-ever-treatment-for-broken-heart-syndrome-12642658

Laisser un commentaire